Bienvenue dans le blog de massu7 !

jeudi 19 juillet 2007

fondzlio

Posté par massu7 à 18:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]


Nostalgie Boutique

Bonjour à toutes et tous,

De retour sur Canalblog car je suis enfin en vacances ...


nostalgie_boutique


Et oui l'année a été longue et studieuse et à présent place au shopping :

http://nostalgie.blogoshop.com




Bonne visite à toutes et tous et @ très vite !

Bonne vacances également ;-)

Posté par massu7 à 16:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 6 février 2007

Le 02 février 2007 au théâtre Sébastopol,

imagerub1

 

Le 02 Février 2007 au théâtre Sébastopol,


J'ai vérifié au moins trois fois si je l'avais,
Le fameux billet pour aller la voir chanter,
Ça faisait cinq douloureux mois que j’attendais,
Avec ma drôle de mine de maudits français.

 

Comme un gosse qui attend noël,
Comme un enfant aux cheveux gris,
Je n’avais qu’une pensé en tête,
C’était que ça soit Vendredi.

 

Pour voir chanter avec justesse,
Mes joies, mes peines et mes faiblesses,
La nostalgie et l'émotion,
Avec des rimes, avec des sons.

 

Quand je l'écoute, c'est enivrant,
Goutte après goutte, chant après chant,
Elle m'emmène vers un monde à part,
C'est mon paradis, quelque part.

 

Vos chansons sont comme des trésors,
Comme des perles d'émotions,
Votre voix enivre mon corps,
Et me fait vivre une passion.

 

Une fois assis à la bonne place,
J’ai attendu que le temps passe,
J’avais une demi-heure d’avance,
Et une bonne dose d'impatience.

 

Pendant trois heures, elle s’est livrée,
Avec tant de simplicité,
Mettant à nu ses émotions,
Et nous habillant de frissons.

 

Elle est naturellement jolie,
Joliment classe, rimes en folies,
A la place de l’école de mimes,
Je verrais bien l’école des rimes.

 

Comme un gosse ouvrant ses cadeaux,
Sourire aux lèvres, ails dans le dos,
Elle a chanté avec son cœur,
Elle a chanté cette grande dame,
Et le public chantait par cœur,
Le chant du coq, le chant de l'âme.

 

Vos chansons sont comme des trésors,
Comme des perles d'émotions,
Votre voix enivre mon corps,
Et du temps je perds la notion.


211

 

Toutes les bonnes choses ont une fin,
Mais cette fin-là me plaisait moins,
Alors pour peut-être vous voir, vous,
La porte de "l'entrée des artistes",
C'était le second rendez-vous.

 

Après trente minutes collectives,
Un grand costaud ouvra la porte,
Puis il poussa d'une voix forte,
Entrez dans le calme, elle arrive.

 

Me voilà donc à quelques mètres,
De rencontrer, cette fille-là,
En préparant, pas après pas,
Deux ou trois phrases à lui transmettre.

 

J'avais mille choses à lui dire,
Plus qu’un mètre ou deux à franchir,
Enfin me voilà devant elle,
Et mes phrases manquaient à l'appel.

 

Vos chansons sont comme des trésors,
Comme des perles d'émotions,
Votre voix enivre mon corps,
Ne perdez pas l'inspiration.

 

 

Drouart Fabien,
Le 05 Février 2007.

Posté par massu7 à 22:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

dimanche 26 novembre 2006

Pour de bon,

Pour de bon,

Dans ce train, il était, assis côté fenêtre,

Le poing sous le menton et cette pensée en tête :

Que veut-il dans la vie, que vaut-il dans son cœur,

Faut-il qu’il s’enfuit et dans sa gorge cette peur.

claude_20profil_20devant_20fenetre_20train

Il regarde cette vue qui défile sous ses yeux,

Il regarde sa vie qui s’enfuit peu à peu.

Il se dit que peut-être, dans ce grand et même train,

Assis côté fenêtre, se chante le même refrain.

Il voyage en pensées et navigue en question :

« Quelqu’un peut-il m’aider à m’échouer pour de bon.

Je voudrais me garer, arrêter l’ascension.

Je ne suis pas compliqué, mais j’ai beaucoup de questions.

Je suis trop fatigué, où est la solution ? »

Cet homme n’a pas de toit, pas de clef dans la poche,

Il a juste comme toi, le cœur qui flambe dans le torse,

La flamme de la passion ou celle de l’amour,

Appelle l’a comme tu veux, cette flamme dur toujours.

Il voudrait bien un jour que cette flamme solitaire,

Trouve enfin une main douce pour faire une douce paire.

Comme toi, comme vous il n’est pas compliqué,

Il est peut-être fou … qui ne l’a jamais été ?

Ne dit-on pas qu’on aime, qu’on aime à la folie,

Même si certains en rient, il s’accroche à ce rêve.

Quand il descend du train, il repense à sa vie,

Il baisse la tête et pleurs, de cette trop grande envie.

Où elle est, où vit elle, celle qui à la main douce,

Celle qui doucement viendrait, me dire d’une voix douce :

« Allez viens, n’est pas peur, je t’emmène en voyage,

Montons dans ce grand train et partons pour de bon,

On trouvera un terrain pour bâtir une maison,

On aura un jardin et un joli garçon.

Tu verras on s’ra bien, n’est pas peur allez viens,

Tu verras on s’ra bien, n’est pas peur allez viens,

On s’installe pour de bon !

  Fabien, le 25 novembre 2006.

Posté par massu7 à 17:26 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

jeudi 23 novembre 2006

Nostalgie d’un grand garçon,

Nostalgie d’un grand garçon,

Comment ça se passe à la maison,
Depuis qu’je ne suis plus là,
Depuis que, comme un grand garçon,
Je suis partis d’chez moi.

dessine_moi_une_maison

Est-ce que ma chambre s’est transformée,
En chambre d’accueille pour les amis,
Est-ce que le dimanche en soirée,
La cheminée prend encore vie.

Et quand tu rentres du travail,
Allumes-tu la télévision,
Peut être tu dors, peut être tu bailles,
Peut-être écoutes-tu cette chanson.

L’époque de « tous à la maison »,
Est loin maintenant, loin de nous,
Mais s’en rappeler que c’est bon,
La nostalgie d’un grand garçon.

Le cour de la vie, le temps qui passe,
A laissé en moi quelques traces,
Des traces de joie, des traces de peine,
Des traces de ces parents, que j’aime.

Vous refaite votre vie à vous,
Je construis ma p’tite vie à moi,
Et même si je suis loin de vous,
Ces souvenirs resteront là.

Repensez-vous aux soirs d’hivers,
Repensez-vous aux jours d’été,
Que l’on passait ensemble naguère,
Et que l’on ne peut oublier.

Jeux de sociétés en famille,
Jeux télévisés en mangeant,
Jouer aux cartes, jouer aux billes,
Les serpentins du nouvel an.

cheminee

L’époque de « tous à la maison »,
Est loin maintenant, loin de nous,
Mais s’en rappeler que c’est bon,
La nostalgie d’un grand garçon.

Fabien 19/11/06

Posté par massu7 à 20:12 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


samedi 7 octobre 2006

Petite fille,

H356

Petite fille,

Ça ne fait que quelques heures,
Qu’on m’a annoncé,
Le jour de la sainte Fleur,
Quelle belle arrivée.

Regarde petite fille,
Regarde tes parents,
Comme ils ont les yeux qui brillent,
En te regardant.

Bienvenue petite fille,
Dans la fraîcheur de l’automne,
Dans la chaleur de cette vie,
Dans nos cœurs de petits Hommes.

Si ton père t’appelle parfois,
« Ma petite tchoutchounette »,
Surtout ne t’inquiètes pas,
Je t’expliquerais en cachette.

Si parfois t’as le cafard,
Va retrouver ton papa,
Dis-lui de prendre sa guitare,
Et tu retrouveras la joie.

Bienvenue petite fille,
Dans la fraîcheur de l’automne,
Dans la chaleur de cette vie,
Dans nos cœurs de petits Hommes.

Si parfois le dimanche soir,
Tu n’arrives pas à dormir,
Maman te racontera l’histoire,
Du méchant loup, de l’oiseau-lyre.

Un doudou au pied du lit,
Des lettres en bois devant ta porte,
La chaise haute fraîchement vernis,
Il ne manquait que toi, Charlotte.

Bienvenue petite fille,
Dans la fraîcheur de l’automne,
Dans la chaleur de cette vie,
Dans nos cœurs de petits Hommes.

313

Fabien 06.10.06
                                                                                                                                                        

                                                          

Posté par massu7 à 12:14 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

mercredi 13 septembre 2006

A table !

À table !

N’est il pas royal,
En terrasse, à une table,
De se boire l’apéro,
Avec sa bande de potos.

poignee_cacahuetes

On raconte notre semaine,
On s’avoue nos problèmes,
Cacahuètes, bières pressions,
Encore une tournée, garçon !

N’est il pas agréable,
De ce mettre à table,
Avec un bon verre de vin,
Qu’on trinque avec entrain.


150px_Red_Wine_Glas

Un plat de charcuterie,
Ca fait toujours envie,
Jambon et saucisson,
Pâté et cornichon.

N’est il pas appréciable,
Quand ce trouve sur la table,
La fondue bourguignonne,
Qu’elle est belle, qu’elle est bonne !


Le_Creuset_Fondue_Set_mit_Rechaud_schwarz_LC60612_0000_220__LC60612_0000_20

Chacun a sa couleur,
Même si au bout d’une heure,
Y’a plus de pique, que d’personne,
Qu’elle est belle, qu’elle est bonne !

N’est il pas le bienvenue,
Après 2 heures de fondue,
Le ptit café bien serré,
Qui nous fait digérer.

Un café ou une vodka,
Un cognac ou un calva,
On en rie, on en pleurs,
Discussions jusqu'à plus d’heure.


calva

N’est ce pas formidable,
Tout ces moments à table,
Recharges alimentées,
Décharge d’humanité !

Fabien.

Posté par massu7 à 11:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

lundi 4 septembre 2006

Dédicace,



  A mon retour de vacances, j'ai eu une agréable surprise en ouvrant ma boîte aux lettres. Lynda Lemay a répondu à un e-mail que je lui avait adressé quelques mois auparavant ... Alors, du fond du coeur : Merci Lynda !


d_dicace


Posté par massu7 à 23:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 26 juin 2006

Or-qu'idée


juin06_094

Fabien Drouart.


Posté par massu7 à 18:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Vert-tige


juin06_105

Fabien Drouart.


Posté par massu7 à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]