mardi 6 février 2007

Le 02 février 2007 au théâtre Sébastopol,

imagerub1

 

Le 02 Février 2007 au théâtre Sébastopol,


J'ai vérifié au moins trois fois si je l'avais,
Le fameux billet pour aller la voir chanter,
Ça faisait cinq douloureux mois que j’attendais,
Avec ma drôle de mine de maudits français.

 

Comme un gosse qui attend noël,
Comme un enfant aux cheveux gris,
Je n’avais qu’une pensé en tête,
C’était que ça soit Vendredi.

 

Pour voir chanter avec justesse,
Mes joies, mes peines et mes faiblesses,
La nostalgie et l'émotion,
Avec des rimes, avec des sons.

 

Quand je l'écoute, c'est enivrant,
Goutte après goutte, chant après chant,
Elle m'emmène vers un monde à part,
C'est mon paradis, quelque part.

 

Vos chansons sont comme des trésors,
Comme des perles d'émotions,
Votre voix enivre mon corps,
Et me fait vivre une passion.

 

Une fois assis à la bonne place,
J’ai attendu que le temps passe,
J’avais une demi-heure d’avance,
Et une bonne dose d'impatience.

 

Pendant trois heures, elle s’est livrée,
Avec tant de simplicité,
Mettant à nu ses émotions,
Et nous habillant de frissons.

 

Elle est naturellement jolie,
Joliment classe, rimes en folies,
A la place de l’école de mimes,
Je verrais bien l’école des rimes.

 

Comme un gosse ouvrant ses cadeaux,
Sourire aux lèvres, ails dans le dos,
Elle a chanté avec son cœur,
Elle a chanté cette grande dame,
Et le public chantait par cœur,
Le chant du coq, le chant de l'âme.

 

Vos chansons sont comme des trésors,
Comme des perles d'émotions,
Votre voix enivre mon corps,
Et du temps je perds la notion.


211

 

Toutes les bonnes choses ont une fin,
Mais cette fin-là me plaisait moins,
Alors pour peut-être vous voir, vous,
La porte de "l'entrée des artistes",
C'était le second rendez-vous.

 

Après trente minutes collectives,
Un grand costaud ouvra la porte,
Puis il poussa d'une voix forte,
Entrez dans le calme, elle arrive.

 

Me voilà donc à quelques mètres,
De rencontrer, cette fille-là,
En préparant, pas après pas,
Deux ou trois phrases à lui transmettre.

 

J'avais mille choses à lui dire,
Plus qu’un mètre ou deux à franchir,
Enfin me voilà devant elle,
Et mes phrases manquaient à l'appel.

 

Vos chansons sont comme des trésors,
Comme des perles d'émotions,
Votre voix enivre mon corps,
Ne perdez pas l'inspiration.

 

 

Drouart Fabien,
Le 05 Février 2007.

Posté par massu7 à 22:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires sur Le 02 février 2007 au théâtre Sébastopol,

    Super!

    Je tombe sur votre blog par hasard et j'adore!
    Mots justes, douces poésies, moments intimes contés avec une beauté et une justesse magnifiques.. que du bonheur, je reviendrai!!

    Posté par val, mardi 6 février 2007 à 23:14 | | Répondre
  • Tu trouves les mots pour exprimer tes émotions, et ton admiration.

    Je sais que tu aimes beaucoup Lynda Lemay.

    Esce que je me trompe ?

    Bisous de zibulinette

    Posté par zibulinette, samedi 17 février 2007 à 20:30 | | Répondre
  • linda lemay

    que de jolis mots pour partager l'art de l'écoute et de la musique tu es aussi un maître en la matière émotions,sensibilité cet hommage est très beau bravo à toi

    Posté par elisamea, jeudi 1 mars 2007 à 12:33 | | Répondre
  • Un petit coucou un gros bisou dans ce presque printemps.

    A bientôt dans tes mots

    zibulinette

    Posté par zibulinette, jeudi 15 mars 2007 à 17:10 | | Répondre
  • Alors mon Fabien d'accord tu es fan de Linda Lemay....mais zibulinette attend quelques petits écrits ou petits passages.
    Bonne semaine dans le bonheur
    bisous de zibulinette

    Posté par zibulinette, lundi 2 avril 2007 à 09:56 | | Répondre
  • .....Toujours pas de Fabien à l'horizon...un jour peut-être

    Bisous de zibulinette

    Posté par zibulinette, lundi 14 mai 2007 à 18:15 | | Répondre
Nouveau commentaire